Mécanisation du cheval

La mécanisation du cheval comme base de travail

De nombreux paramètres tels que la souplesse, la coordination, l’harmonie, la décontraction ou encore la position peuvent être améliorés grâce à un bon travail de gymnastique. Nous vous expliquons tout sur la mécanisation du cheval, avec divers exercices pour vous entraîner.

 

Les bienfaits de la mécanisation du cheval

La mécanisation du cheval, aussi communément appelée gymnastique, permet d’améliorer certains paramètres physiques du cheval tels que la locomotion et la coordination. Elle fait partie de la base du travail du cheval avec les assouplissements.

L’avantage de la mécanisation du cheval est que l’on peut la travailler tout le temps : à l’obstacle, sur le plat et même en longe. Il existe une multitude d’exercices pour travailler la mécanisation du cheval.

Travailler la gymnastique du cheval signifie aussi travailler celle du cavalier. En effet, certains exercices, tels que « les lignes de mécanisation » permettent de travailler en harmonie avec le cheval.

La mécanisation du cheval est donc bénéfique pour le cheval et pour son cavalier. Ils vont pouvoir travailler ensemble ou séparément sur des points tels que l’agilité, la souplesse, la franchise, la confiance, la décontraction, la musculation ou encore la position.

Nous avons sélectionné spécialement pour vous quelques exercices pour travailler la mécanisation de votre cheval et vous.

N’oubliez pas que même les exercices qui vous semblent faciles peuvent s’avérer difficiles à réaliser parfaitement. Effectuez ces exercices en accord avec vos capacités et celles de votre monture !

La mécanisation pour les jeunes chevaux… le saut en liberté

Il est fréquent de voir que les jeunes chevaux ne sont pas toujours en cohésion avec leur corps et leurs mouvements. La mécanisation du cheval s’aborde donc différemment pour les jeunes chevaux. Le saut en liberté est un exercice fondamental pour le jeune cheval. En effet, cela lui permet d’aborder un obstacle isolé, ou plusieurs petits obstacles, de façon optimale dans le calme et sans le poids du cavalier.

Le jeune cheval va ainsi pouvoir s’exercer librement et comprendre le fonctionnement de son corps et de son équilibre durant les 3 phases battue, plané et réception. Ainsi, il sera plus facile pour le jeune cheval de comprendre certains paramètres importants pour la suite de son apprentissage.

Attention cependant à ne pas abuser de ce type d’exercices. Ils sont très demandeurs au niveau ligamentaire, musculaire et osseux pour les jeunes chevaux qui n’ont pas encore fini leur croissance.

Sur le plat, on aborde la mécanisation du cheval avec… les déplacements latéraux

Les déplacements latéraux sont des exercices complets et variés pour la mécanisation du cheval. Ils permettent de le muscler, de l’assouplir et d’améliorer son engagement. Travailler les déplacements latéraux est aussi bénéfique pour les cavaliers qui manquent de relâchement et de coordination dans l’utilisation de leurs aides.

Les déplacements latéraux vont mobiliser plusieurs muscles. Le travail des hanches et des épaules sollicitera les muscles adducteurs et abducteurs. Pour porter ses antérieurs vers l’avant il sollicitera les muscles extenseurs. Enfin, le mouvement d’encolure dans les exercices sollicitera les muscles fléchisseurs. Les pectoraux vont aussi être sollicités lorsque le cheval croise ses antérieurs. Cela est bénéfique pour les chevaux d’obstacles qui utilisent ce muscle pour se soutenir lors de la réception d’un saut.

En longe… des exercices au trot et au galop

La mécanisation du cheval peut également être intéressante en longe. En effet, le cheval sera plus libre de ses mouvements, mais vous pourrez toujours lui donner des indications complémentaires grâce à la tension dans la longe.

Les exercices possibles en longe sont variés et peuvent s’effectuer aux deux mains et aux trois allures, en fonction des exercices. Ils permettent par ailleurs de responsabiliser le cheval qui va devoir analyser l’exercice et ajuster son allure, son impulsion et son équilibre. Une fois que le cheval aura compris l’exercice en longe, vous pourrez ensuite le reproduire à cheval.

L’exercice proposé ici pour la mécanisation du cheval est particulièrement utile pour les chevaux stressés, ayant tendance à appréhender ou à charger les obstacles. Cet exercice est donné avec des distances au galop pour un cheval avec une amplitude moyenne. Vous pouvez modifier les distances si votre cheval a une amplitude différente ou si vous souhaitez effectuer l’exercice au trot.

Le dispositif va canaliser les chevaux, les obligeant à décomposer leurs sauts dans le calme. Les barres de réglages, à l’abord et à la réception, vont « caler » les chevaux dans l’exercice. Ce système les empêche de se précipiter à l’abord et de fuir à la réception de l’obstacle. Les barres au sol entre les deux obstacles amènent votre cheval à garder une cadence régulière.

À l’obstacle… des lignes de mécanisation et ligne Bardinet

Il existe une multitude d’exercices et de dispositifs pour travailler la mécanisation du cheval, la réactivité et la coordination du cavalier et de son cheval à l’obstacle.

Les plus connues sont les lignes dites « de mécanisation », qui vont permettre de travailler sur l’impulsion et la technique du cheval ainsi que sur la position et la décontraction du cavalier. Dans ce type d’exercice, le cheval va mobiliser complètement sa ligne du dos. Ces exercices vont lui demander beaucoup d’engagement, le poussant à s’engager avec un bon équilibre.

La ligne Bardinet est un autre très bon exemple de ligne de mécanisation du cheval. Cette ligne, qui alterne entre croix et oxers, est intéressante pour la gymnastique du cheval. Le cheval doit se regrouper sur les croix (rétrécir sa foulée et monter les épaules), et étendre son dos en s’articulant pour couvrir les oxers.

L’exercice est à réaliser étape par étape, d’abord avec des croix puis en rajoutant petit à petit les oxers.

Pour ne pas piéger le cheval dans les distances, le cavalier doit rester très discret en gardant sa jambe légèrement au contact, et aborder la ligne uniquement si le cheval est calme et léger dans la bouche.

Pour vous aider tout au long de ces exercices, les données calculées en live par la sangle iPULSE vous serviront d’indicateurs. Vous pourrez y trouver plusieurs informations concernant votre vitesse et votre cadence lors de la mécanisation du cheval. Grâce à la fréquence cardiaque, vous pourrez suivre l’état de votre cheval. Il s’agira ainsi de vérifier que les exercices sont appropriés et ne lui demandent pas d’efforts trop intenses.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Léa

Vous aimerez aussi ...

Hiver à cheval

L’hiver à cheval

L’hiver apporte son lot de défis pour les cavaliers et pour les chevaux. Avec une préparation appropriée, des couvertures adaptées

Lire plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ABONNEZ-VOUS !

cheval-abonnez-vous

Le guide complet des distances à l'obstacle