Van pour cheval

Un van pour mon cheval ?

Vous souhaitez transporter votre cheval et ne connaissez pas bien les différentes solutions qui s’offrent à vous ? Vous réfléchissez à acheter un van pour votre cheval ?

Nous verrons qu’il existe de nombreuses alternatives pour transporter son cheval au-delà de posséder son propre van. Certains professionnels ont dédié leur activité au transport de vos loulous et de nombreuses enseignes et plateformes vous permettent de louer un véhicule, van ou autre pour votre cheval… Cependant, avoir un van pour déplacer son cheval reste une liberté bien appréciable et non négligeable. Nous avons donc décidé de vous proposer un guide d’achat complet ! Acheter un van vous trotte dans la tête depuis un moment ? Vous trouverez ici tous les points de réflexion à aborder.

 

Transporter son cheval : quelles sont les possibilités ?

Transporter son cheval grâce à un professionnel

Pour transporter un cheval, vous pouvez envisager de passer par un professionnel du transport, c’est-à-dire une personne dont c’est le métier. Un article publié par Équipédia sur la Réglementation générale du transport de chevaux vous expliquera dans les détails ce qu’il en est au niveau de l’Union Européenne.

Le transport d’équidés contre rémunération est soumis à la réglementation européenne du transport routier de marchandises* ET de la réglementation du transport d’animaux vivants équins**

* DREAL : demande d’autorisation d’exercer la profession de transporteur.

** DDcsPP : autorisation de Type I (voyages de courtes durées, < 8 kilomètres, avec sortie du territoire ou ramenés à 12 kilomètres sans sortie du territoire) de l’établissement transporteur ; ou autorisation de Type II (voyages de longues durées, > 8 kilomètres, avec sortie du territoire ou ramenés à 12 kilomètres sans sortie du territoire) de l’établissement transporteur et le certificat d’agrément des moyens de transport.

 

Pourquoi choisir un professionnel ?

Généralement, c’est le motif de votre transport et les moyens dont vous disposez qui vont déterminer votre choix. Combien de temps/kilomètres fait le trajet ? Devez-vous envisagez un aller-retour ? Avez-vous des contraintes financières ? Avez-vous votre propre moyen de transport ? Etc.

Avoir son propre VL (Véhicule Léger, et oui, ce n’est pas un acronyme très original, mais il prend tout son sens grâce aux camions (i.e. Poids Lourd « PL ») ou van n’est pas toujours synonyme de rentabilité. Notamment sur de longues distances, où bien souvent, un transporteur professionnel reste plus confortable et sécurisé pour votre cheval. Pour être fixé, n’hésitez pas à vous renseigner sur Internet et à solliciter des devis. Il existe également des groupes publics ou privés (réseaux sociaux) où des transporteurs proposent leurs services. Pour avoir un ordre d’idée, il existe différents types de prestations, plus ou moins onéreuses, tournant aux alentours de 1€ par kilomètre.

  • Le transport privé, souvent plus coûteux : votre cheval voyage seul et l’intégralité du kilométrage (aller-retour) vous est facturée. Il est plus facile d’avoir une date fixe et le transport s’effectue en VL.
  • Le transport semi-privé ou groupé, souvent plus abordable : votre cheval voyage avec un (VL) ou plusieurs chevaux (PL) pour optimiser le transport. Dans ce cas, des détours sont souvent effectués et la date du transport doit être flexible. Vous serez uniquement facturé pour les kilomètres effectués avec votre cheval en charge.

Ces types de prestations de transport sont donnés à titre indicatif. Il y aura sûrement des variations compte tenu de la prise en charge de votre cheval : assurances, mise à disposition de foin, pauses nécessaires, aide à l’embarquement, caméras, etc. De plus, certains professionnels peuvent mettre à disposition des protections et couvertures moyennant des frais supplémentaires.

 

Transporter son cheval par ses propres moyens

Finalement, si vous décidez de réaliser le transport de votre cheval vous-même, il y a plusieurs cas de figure : vous avez votre propre van, VL ou PL, vous souhaitez le louer ou l’acheter.

Vous possédez déjà votre moyen de transport

Vous êtes déjà passé par la case achat, intéressez-vous à préparer votre cheval au transport ! Sinon, vous pouvez vous renseigner pour louer ou acheter votre propre moyen de transport ⬇️ !

Louer un camion, un VL, un van pour mon cheval

De nombreuses enseignes telles que des supermarchés, des garages ou des concessions vous permettent de louer en toute sérénité un véhicule, van, camion pour transporter votre cheval. Il y a également un bon nombre de sites Internet spécialisés comme Horsicar, qui proposent également des services de particulier à particulier. Il est donc possible de s’inscrire sur ce site en tant que « je cherche à louer » ou en tant que « propriétaire d’un transport ». Certains sites comme DadaVroum y sont même dédiés. Quelques uns de ces sites internet comprennent des assurances dans leurs services, je vous incite donc à les vérifier.

En fonction du véhicule ou du van que vous souhaitez louer, il est important de connaître les permis et véhicules nécessaires à leur utilisation. Je vous invite donc à vous référer à la sous-partie « Véhicule & Permis » pour en savoir plus.

Acheter un van pour mon cheval

Vous vous posez la question d’acheter, cela n’est-il pas plus rentable ? Plus pratique ?

Il est important d’avoir quelques points essentiels en tête pour mener à bien votre réflexion ou votre achat, alors je vous propose un Guide d’achat pratique : tout ce qu’il faut savoir pour transporter son cheval avec son van !

 

Guide d’achat pratique : un van pour mon cheval

Nous avons vu qu’il existe plusieurs moyens pour transporter votre cheval, du van au PL en passant par le VL… Pour ce guide, nous nous concentrerons sur l’achat du van car il y a déjà de nombreux éléments à balayer.

Si vous hésitez encore avec un VL car « ça a quand même l’air vachement plus sympa pour les chevaux et facile à conduire », voici quelques questions qui pourront vous aider à trancher :

  • Votre budget : l’achat est généralement beaucoup plus important, mais c’est aussi un véhicule à part entière donc, révisions, contrôle technique, assurance, etc.
  • Est-ce que dans vos déplacements, le fait de vous passer de votre voiture sera problématique ? Peut s’ajouter la nécessité d’une couchette ?
  • À quelle fréquence en aurez-vous besoin ? En effet, si vous comptez peu rouler, il est peut-être préférable de rester sur un van car un VL, tout comme une voiture, doit rouler régulièrement.

 

Véhicule & Permis

Que vous souhaitiez louer ou acheter un van, il est important de connaître les capacités de traction de votre véhicule ainsi que les permis nécessaires. Cela vous permettra sûrement d’aiguiller vos choix…

Comment savoir si mon véhicule peut tracter un van avec un cheval ?

PTAC, PTRA ?

Pour savoir ce que votre véhicule peut tracter, rien de plus simple : munissez-vous de votre carte grise.

Il faut relever les valeurs F.2 et F.3, soit respectivement le PTAC (Poids Total Autorisé en Charge) et PTRA (Poids Total Roulant Autorisé) de votre véhicule.

F.3 – F.2 = PTAC maximal de la remorque tractée par votre véhicule

Autrement dit, le PTAC de votre remorque (van) + le PTAC de votre véhicule ne doit pas excéder F.3, soit le Poids Total Roulant Autorisé de votre voiture. Toutes ces valeurs sont données en kilogrammes. Vous serez sûrement étonné de constater que certaines « grosses » voitures ne sont pas capables de tracter un van.

Généralement, ce simple calcul vous indiquera ce que votre voiture peut tracter ou non, et vous guidera vers les vans possibles ou les véhicules que vous devez envisager. Vous pourrez également trouver des fiches techniques sur des sites automobiles spécialisés, vous indiquant le « Poids tracté freiné » si vous n’avez pas encore accès à une carte grise.

Ai-je un bon moteur pour tracter un van ?

Pour optimiser votre sécurité et celle de votre/vos équidé(s), intéressez-vous à votre moteur ! Plus vous connaîtrez votre véhicule, plus vous roulerez en confiance : une voiture avec une motorisation adaptée tractera plus aisément.

Demandez-vous à quelle fréquence et combien de chevaux vous allez tracter (vous pouvez avoir un van deux places et ne transporter pour autant qu’un cheval) ? Plus votre fréquence et votre charge augmenteront, plus il sera pertinent de prendre une bonne motorisation pour éviter une usure prématurée de votre véhicule tractant.

Caractéristiques moteurs

Nous ne rentrerons pas dans les détails ici, mais je vais essayer de vous donner quelques clés d’analyses.

  • Tout d’abord, la puissance, donnée en chevaux vapeur* ou CH (abréviation française) ! En langage courant, nous n’utilisons que le terme « chevaux », mais il est important d’avoir en tête « vapeur » car ce n’est pas la même chose que les « chevaux fiscaux ». Eux, sont en lien avec votre carte grise et votre assurance.

* Oui, cela a un lien avec nos chevaux. Au XIXe siècle, cette unité de mesure a été calculée relativement à la force moyenne d’un cheval réel.

  • Pour ce qui est du couple, donné en Newtons mètres (Nm), c’est la force de votre moteur, soit l’effort transmis aux roues motrices pour progresser. Il est lié à votre régime moteur (tours par minute). Plus votre moteur aura du couple, moins il aura besoin de « monter dans les tours » pour avancer/accélérer.
  • La cylindrée est exprimée en litres. Globalement, plus la cylindrée est importante, plus on peut espérer un couple important et une bonne capacité à emmener un véhicule lourd. La plupart du temps, elle est écrite juste avant la puissance dans la dénomination des véhicules (1.2, 1.6, 2.0, etc.). Pour faire la part des choses, il vous faudra consulter la fiche technique de votre voiture ou de la voiture envisagée.

À titre indicatif, si votre voiture est adaptée – calcul du poids tracté freiné (F3-F2) – un moteur 1.2 110CH peut être suffisant pour tracter un van 1 place ; et un moteur 2.0 150CH pour un 2 places. Encore une fois, tout dépendra de votre utilisation (types de trajets, chevaux chargés, etc.).

Essence ou diesel ?

En règle générale, un moteur diesel a un meilleur couple qu’un moteur essence pour une puissance équivalente, c’est-à-dire qu’il transmet plus vite l’effort aux roues motrices. Plus le couple est élevé, plus votre voiture tractera facilement.

Votre budget rentrera également en compte dans le choix de votre voiture ainsi que l’utilisation quotidienne que vous en ferez, des types de trajets que vous avez l’habitude de faire et de votre besoin de tracter… Une voiture essence sera généralement plus économique sur de courts trajets à faible allure tandis qu’un diesel sera plus performant sur de longues distances à des allures plus élevées.

Il est aussi possible de tracter en électrique ! Certaines voitures hybrides sont désormais disponibles sur le marché avec des capacités de traction suffisantes.

Boîte auto ou manuelle ?

Cette question est assez personnelle car les deux sont possibles ! Désormais, les boîtes automatiques s’adaptent bien au fait que vous tractiez une remorque et de plus, elles sont équipées de mode séquentiel.

  • L’avantage de la boîte automatique est d’adapter les passages de vitesse pour que votre conduite soit plus souple et économique.
  • L’avantage de la boîte manuelle est de vous permettre de gérer vos rapports.

Dans les deux cas, il faut penser que lorsqu’on tracte, le frein moteur est essentiel et vous serez souvent amenés à rétrograder (d’où le mode séquentiel) !

Un 4×4 est-il obligatoire ?

Les 4 roues motrices, ou transmission intégrale, ne sont pas obligatoires pour transporter un cheval dans un van mais souvent préférables. Encore une fois, ce choix dépendra d’un tout : véhicule en question, van tracté, conditions de route et d’utilisation, etc. Par exemple, un 4×4 vous permettra de sortir de chemins boueux ou d’avoir un meilleur couple dans les montées. De plus, certaines voitures ont des transmissions intégrales « semis-permanentes » qui s’adaptent pour passer de 4×4 à propulsion ou traction.

Vous l’aurez compris, il est possible de n’avoir que deux roues motrices et il y a deux types de transmissions : propulsion ou traction.
Avec une propulsion, les roues motrices sont à l’arrière (au plus près du point d’attache). Une propulsion peut être délicate à conduire si vous n’êtes pas habitué.
À l’inverse, une traction aura les roues motrices à l’avant. Ce type de transmission est la plus fréquente du marché ! Pour tracter, restez essentiellement sur des routes goudronnées, parkings, sols secs, etc.

Pensez à vous renseigner autour de vous au cas par cas : professionnels de la filière, garages, sites constructeurs… Mais attention à varier vos sources car certains professionnels de l’automobile ne sont pas forcément conscients de la charge que représente un van. Inversement, certains professionnels de la filière équine ne connaissent pas toutes les capacités de traction de tous les véhicules.

 

Quels sont les permis nécessaires pour tracter un van avec un cheval ?

Pour faire simple, nous allons résumer les différents types de permis possibles pour l’attelage d’une remorque.

Type de permisLa somme des PTAC (PTAC du véhicule tracteur + PTAC de la remorque) est…
Permis B> à 750 kg et ≤ à 3,5 tonnes
Permis B96*> à 3,5 tonnes et ≤ à 4,25 tonnes
Permis BE*> 4,25 tonnes

* Nécessite le Permis B et le code au préalable.

  • Le permis B (permis voiture classique) permet, sous certaines conditions, de tracter sans permis supplémentaire. En effet, certains véhicules attelant un van 1 place restent dans ses exigences. De plus, ce permis permet de conduire un VL si ce dernier n’excède pas un PTAC de 3,5 tonnes (pour un PTAC supérieur il faudra passer sur des permis poids lourds comme le C1 que nous n’aborderons pas ici).
  • Le permis B96 s’obtient grâce à une formation de 7 heures, donc, pas d’examen. Elle est moins onéreuse, environ 250/300€, mais vous limite dans le choix de votre véhicule et de votre van. A titre indicatif, elle peut suffire à tracter un van 2 places si vous faites attention aux PTAC de votre véhicule tractant et du van en question.
  • Le permis BE quant à lui, fonctionne comme le permis B (heures de conduite + examen final). Il est plus cher et dépendra du nombre d’heures de formation dont vous aurez besoin : comptez au moins 700€. Avec ce permis, vous pourrez même tracter les vans 3 places avec un véhicule adapté.

 

Taille du van : nombre de places ?

Justement en parlant de nombre de places, les vans sur le marché actuel proposent d’1 à 3 places, en passant par le fameux 1,5 place, en transport droit ou oblique. Certaines marques vont jusqu’à 5 places pour des petits chevaux.

Transporter mon cheval dans un van 1 place, 1,5 place ou 2 places ?

Quelle est la différence entre un van 1 place et un 1,5 place ? Et bien tout simplement, le van 1,5 place est plus spacieux et, des fois, plus adapté pour transporter de grands/gros gabarits. Cette notion de place dépendra de votre cheval, de sa taille et de son comportement lors du transport. C’est aussi une question de confort de route car un van plus large sera plus stable mais aussi plus lourd.

La distinction faite entre les 1,5 place et les 2 places vient du permis requis : certains propriétaires préféreront faire le choix d’un van 1,5 place pour ne pas passer d’examen supplémentaire.

Finalement, le choix du nombre de places dépendra de vos besoins et du nombre de chevaux que vous pouvez/souhaitez tracter.

PTAC, masse à vide et masse en charge maximale admissible

Comme nous l’avons vu précédemment, le PTAC du van qui accueillera votre cheval est sûrement limité par les capacités de votre voiture. Pour aller plus loin, il faut également vous poser la question de la Masse à Vide (MV) du van envisagé, car elle déterminera la charge que vous pourrez y mettre : votre cheval.

Munissez-vous de la carte grise du van ou demandez ces informations au vendeur.

F.2 – G.1 = Masse que vous pouvez charger dans votre van

Plus simplement : le PTAC (F.2) moins la MV (G.1) représente la capacité restante pour accueillir votre cheval dans le van. Il faudra donc se poser la question du nombre de chevaux à embarquer et de leur poids respectif.

Prenons un exemple : je possède un van avec un PTAC de 2 000 kg et une MV de 680 kg. Il me reste donc 1 310 kg pour accueillir une charge dans mon van, je peux envisager d’y mettre deux chevaux de 600 kg chacun sans problème ! Il me restera même de quoi charger quelques affaires dans la sellerie.

Droit ou oblique ?

Encore une fois, ce choix va être très personnel et dépendant des chevaux à embarquer, tout comme la question du « avec ou sans pont, pont avant, arrière ou latéral ? »… Les vans obliques (dès 2 places) sont souvent plus spacieux mais aussi plus coûteux.

 

Budget : van neuf ou d’occasion ?

Nous arrivons donc à la question budgétaire : van neuf ou d’occasion ?

Les prix vous feront facilement trancher, ainsi que votre volonté, ou non, de faire un peu de bricolage.

Pour du neuf, comptez à partir de 5290€ (2 places) chez Cheval Liberté ou 6390€ (1 place) pour un Böckmann.

Pour l’occasion, il faut savoir qu’un van bien entretenu et stocké perd peu de valeur. Par exemple, un van 2 places oblique de 2012 (soit 10 ans) peut encore valoir dans les environs de 9000€ chez Fautras. Autre exemple : un Ifor Williams 3 places de plus de 10 ans vaut toujours plus de 5000€. Vous pouvez consulter des ordres de prix moyennés par marque et par année grâce au site EQUIRODI. En fonction de votre budget, vous pourrez filtrer vos recherches selon l’âge du van, son kilométrage estimé, son état et/ou travaux à prévoir, ses finitions, etc.

 

Différents matériaux et finitions

Nous n’avons pas prétention de vous proposer une étude de marché toute mâchée car elle ne vous conviendrait sûrement pas. En fonction de vos différentes réflexions, vous devriez avoir, à ce stade, une bonne idée de ce que vous recherchez.

Pour aller plus loin et pour vous aider dans vos filtres ou choix d’options, voici quelques questionnements récurrents : Plancher alu, imputrescible, bois ? Simple ou double essieu ? Freiné ou non freiné ? Voici quelques explications :

  • Le type de plancher est un point très important dans le choix de votre van notamment s’il est d’occasion. Le plancher va supporter votre ou vos chevaux ainsi que leurs urines et crottins. Donc, il doit être bien entretenu et vérifié régulièrement : on privilégiera souvent des planchers en aluminium ou imputrescibles aux planchers en bois qui pourrissent plus facilement. Le stockage du van rentre aussi en compte et favorise l’état général du van.
  • Combien d’essieux ? Les vans double essieu (4 roues) sont plus adaptés par rapport au simple essieu (2 roues). En effet, ils sont plus stables et ont une meilleure tenue de route. Ils ont aussi une meilleure répartition des charges et une sécurité en cas de crevaison.  Bien que le simple essieu soit généralement moins cher et plus facile à manœuvrer en marche arrière, il est à éviter.
  • Un van sera toujours freiné car son PTAC dépasse systématiquement 750 kg, c’est la réglementation.

Après les éléments indispensables qui composent votre van, viennent les options : barre d’éloignement, capitonnage, sellerie, roue de secours, antivol, caméras, etc. Ces accessoires sont de votre propre appréciation !

 

Aller chercher votre van : 7 ou 13 broches ?

Si vous vous décidez à acheter votre van, une dernière interrogation subsiste. Vous avez une voiture adaptée, un permis adapté et votre crochet d’attelage : c’est bon début. Dernière question, la compatibilité des branchements électriques de votre voiture et du van que vous souhaitez acheter pour assurer l’alimentation en électricité du système d’éclairage du van.

En règle générale, les anciens attelages et vans ont des 7 broches, les plus récents des 13 broches (car plus sophistiqués). Cependant, les 7 broches permettent tout à fait les éclairages de base. Dans tous les cas, pas de panique ! Il existe des adaptateurs très simples à fixer à votre voiture pour passer de 13 à 7 et inversement. Comptez entre 10 et 30€ environ par adaptateur. Pensez à vous assurer de la compatibilité ou prévoyez un adaptateur !

 

Administratif

D’un point de vue administratif, posséder un van, c’est posséder un véhicule. En pratique, vous verrez que c’est quand même moins de frais 😉 C’est parti !

Carte grise

C’est encore une histoire de PTAC : un van étant supérieur à 500 kg de poids total autorisé en charge, il nécessite une carte grise, et donc, sa propre immatriculation. Pour les vans neufs, le vendeur se proposera généralement de faire la demande d’immatriculation. Sinon, pour les vans d’occasions, retrouvez toutes les démarches disponibles sur le site de l’ANTS. Attention, il existe de nombreux sites frauduleux quand il s’agit de demande de carte grise.

NB : Si vous souhaitez vendre ou acheter un van, il faudra faire un certificat de cession d’un véhicule d’occasion (ACHETEUR : pour la demande de carte grise à votre nom, veillez à conserver l’original) ainsi qu’une déclaration d’enregistrement de la cession du véhicule (par le vendeur). En tant qu’acheteur, pensez également à récupérer la carte grise barrée et revêtue de la mention « Vendu le …/…/… » suivie de la signature de l’ancien propriétaire.

Assurer son van et son cheval

Un van ayant forcément un PTAC supérieur à 750 kg, il est nécessaire de l’assurer (carte verte) pour rouler ! Pour cela, comptez environ 60€ annuel (tarif indicatif sur la base d’un van 2 places).

Pour plus d’informations, je vous conseille de vous rapprocher de votre assurance cheval ou voiture. Vous pouvez également démarcher de nouvelles assurances pour savoir s’il existe des tarifs et services concurrentiels.

✏️ Pour l’assurance de votre cheval pendant le transport, pensez à vous renseigner. Si votre loulou est assuré, il sera sûrement couvert sous certaines conditions lors de votre déplacement.  Sinon, pensez à regarder les conditions d’assurance de votre van.

Révisions et contrôles techniques

Pour l’instant, les révisions et contrôles techniques ne sont pas obligatoires pour les vans, mais ils sont pour autant fortement conseillés. En effet, il est difficile d’estimer objectivement l’état d’un van, notamment lorsqu’on les achète d’occasion : état des freins, de la tête d’attelage, etc. Comptez environ 150€ pour un contrôle technique hors réparation.

Pour autant, vous pouvez effectuer certaines vérifications vous-même, comme l’état du plancher ou celui des pneus. Vérifiez régulièrement la pression, idéalement tous les mois ou à chaque changement de saison. Leur usure dépendra bien évidemment de votre conduite et utilisation… Des pneus non utilisés ne vieilliront pas forcément mieux que des pneus utilisés à bon escient. D’autres vérifications seront systématiques, comme le bon fonctionnement des feux et des différents éclairages.

Pour le reste, tout sera condition d’un entretien sérieux et régulier ! Être vigilant au changement de certaines pièces, au graissage d’autres, tout en passant par le simple lavage à l’eau claire…

 

Stockage du van

Dernier petit rappel étroitement lié à l’entretien de votre van : son stockage. Dans une écurie, sous un abri, dans un garage ? Bien que vous puissiez entreposer votre van à peu près partout, les conditions de stockage auront un impact direct sur sa longévité.

Il est préférable que le van soit garé à minima sous un abri. Mais, il existe maintenant des bâches pour les couvrir lorsqu’ils ne sont pas utilisés. Vous trouverez des bâches intégrales pour tous les prix, selon leur qualité, mais également leur taille. Il est important d’avoir une bâche qui laisse circuler l’air pour éviter la moisissure ou une rouille prématurée. Vous en trouverez à partir d’une centaine d’euros, mais les meilleurs rapports qualité/prix se situeront généralement vers 300/400€ pour un van 2 places.

Il n’est en aucun cas obligatoire de couvrir son van, mais cela peut s’avérer pertinent, notamment lorsqu’il n’est pas utilisé régulièrement ou pour le protéger des intempéries et/ou du soleil. Autrement, il existe des housses pour timon qui sont bien plus abordables et très utiles car elles vont protéger la tête d’attelage et les branchements électriques qui y sont présents.

📝 Utiliser des cales en bois plutôt que le frein à main de votre van lorsqu’il est stocké, notamment en hiver où il peut vite geler ! Même avec une légère pente, les cales retiendront tout à fait votre van.

🔒 La plupart des vans ont des petits systèmes de sécurité qui empêchent son attelage. Certains propriétaires préfèreront s’assurer en rajoutant un cadenas.

 

Vous avez toutes les clés en main ! Bonne réflexion et bonne route !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Daphné

Vous aimerez aussi ...

Hiver à cheval

L’hiver à cheval

L’hiver apporte son lot de défis pour les cavaliers et pour les chevaux. Avec une préparation appropriée, des couvertures adaptées

Lire plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ABONNEZ-VOUS !

cheval-abonnez-vous

Le guide complet des distances à l'obstacle