Transporter mon cheval

Transporter mon cheval : check-list & conseils !

Comment préparer son cheval au transport ? Que vous soyez habitué à transporter votre cheval ou si vous venez tout juste d’acheter votre premier van, vous trouverez dans cet article les réponses à vos besoins et interrogations.

Vous pourrez apprécier une petite check-list de voyage ainsi que quelques conseils pour protéger votre cheval. Nous aborderons également des astuces pour transporter plus sereinement votre cheval, qu’il soit familier, ou non, à l’exercice.

 

Quels sont les documents nécessaires pour transporter mon cheval ?

Lorsque vous transportez un cheval, il vous faut systématiquement son carnet d’identification. En effet, tout équidé doit obligatoirement être enregistré dans la base SIRE (Territoire français).

Si vous souhaitez passer des frontières, il vous faudra un certificat sanitaire. Les spécifications pour transporter un cheval peuvent varier d’un pays à un autre, renseignez-vous auprès de l’ambassade concernée.

📝 Bien évidemment, les papiers du véhicule et de votre van sont déjà avec vous !

Il reste encore une petite chose… Vous avez sûrement remarqué la mention « Attention Chevaux » sur les vans ou camions que vous suivez ou doublez sur la route. Et bien ce n’est pas anodin ! En effet, il est obligatoire de mentionner le transport d’animaux vivants sur votre van, VL ou PL…

 

Transporter son cheval en toute sécurité

Quelles protections mettre ?

Il y a de nombreuses protections sur le marché pour protéger différentes parties de votre cheval en fonction de son comportement, de son physique ou de ses fragilités…

Les protections les plus classiques restent les protège membres et queue.
Pour les protège membres, vous trouverez des protections de transport couvrant bien les canons, genoux et jarrets, souvent renforcés au niveau des sabots. Certains propriétaires préféreront faire voyager leur cheval avec des stables boots, moins couvrantes, mais qui maintiennent mieux les membres et aident souvent à la récupération. Il en existe avec des effets thérapeutiques ! Ce choix est à l’appréciation du propriétaire, mais il faut également prendre en compte le cheval. Certains chevaux voyagent plus ou moins bien en fonction du type de transport et du temps de trajet.
Le protège queue est souvent à scratch et peut être maintenu grâce à un surfait élastique.

Vous retrouverez aussi des protège nuques ou jarrets. Certains cavaliers rajoutent des cloches : il n’y a pas vraiment de règle…
Se rajoute, au choix des protections, la possibilité de couvrir votre cheval. S’ils sont nombreux dans le camion, les chevaux se tiennent chaud entre eux. Il faut généralement prévoir une couverture plus légère que si votre cheval est seul. Il faut également prendre en compte bien d’autres facteurs, dont la transpiration due au stress et la météo !

De quel côté du van embarquer mes chevaux ou mon cheval s’il est seul ?

Vous devez systématiquement embarquer le cheval le plus lourd côté gauche, soit côté intérieur de la route.
Lorsque vous transportez un seul cheval dans un van deux places, la même règle s’applique.

 

Check-list

Voici une petite liste non exhaustive pour vous assurer d’oublier le moins de choses possible avant de partir. Moins de stress garanti !

☑️ Le côté réglo : papiers du van et du véhicule, carnet d’identification du cheval (autant de carnets que de chevaux transportés 😉)

☑️ La trousse de soin : de quoi désinfecter une petite blessure, pommade grasse, compresses, etc. Vous connaissez mieux votre cheval que nous ; alors à vous de prévoir les soins adaptés !

☑️ Les affaires de Pompon : cela dépendra du motif du trajet mais pensez à vous mettre en situation sur le lieu d’arrivée pour ne rien oublier (affaires de concours, de randonnée…)

☑️ Si le déplacement est sur quelques jours : rations, foin, compléments alimentaires, couvertures ? Est-ce que vous aurez besoin de faire vous-même le boxe ?  Devez-vous prévoir des contenants pour distribuer les repas ou remplir l’eau ?

☑️ Vos affaires ! Bombe, bottes, protection, cartouches pour les plus gonflés, etc. Votre coffre a l’habitude de se transformer en sellerie !

Et puis finalement, la liste dépendra de votre fonctionnement, alors, à votre bon vouloir de la compléter !

 

Quelques astuces pour transporter votre cheval

Vous avez un van et un cheval, ça y est : à vous la liberté ! Les balades en forêt ou à la plage sont à votre portée, il ne reste plus qu’à convaincre Pompon que la boîte roulante est son amie. Si vous hésitez encore à sauter le pas, on vous conseille de lire notre guide complet sur l’achat d’un van.

Garder une bonne expérience du transport

Le van, ou autre transport, doit être un espace agréable et confortable pour votre cheval, auquel cas il ne voudra plus y monter. Outre l’embarquement, pensez à votre conduite une fois le moteur démarré : adaptez votre vitesse, ralentissez progressivement, anticipez…

En fonction du comportement de votre cheval dans le van et de la durée du trajet, il est possible de mettre à disposition un filet à foin. Dans tous les cas, une ou plusieurs pauses s’imposeront. Lors du débarquement de votre cheval, si vous n’êtes pas dans un espace aménagé : laissez-le dans le van afin d’éviter tout accident. Proposez-lui de l’eau et du foin. Les pommes sont une bonne friandise car en plus d’être gourmandes, elles sont souvent juteuses…

Un peu de comportement : comment mon cheval assimile-t-il le transport ?

Comme toute espèce animale, le cheval apprend donc à détecter les relations […] entre ses actions et leur impact sur son environnement (par exemple, lever le loquet d’une barrière pour accéder à une prairie, on parle alors de conditionnement opérant). Ces associations sont mémorisées car elles sont renforcées (positivement : accès à une ressource, ou négativement : le cheval apprend à réaliser un acte pour éviter une stimulation désagréable ; on parle de renforcements positifs ou négatifs). Le renforcement augmente donc les chances que le cheval répète ce comportement. – Mieux connaître le cheval pour assurer bien-être et sécurité

Autrement dit, si vous renforcez positivement ce que votre cheval associe au transport, il aura moins de réticence à effectuer les exercices relatifs à son usage : embarquer, voyager, patienter, débarquer… Il vous faudra donc composer avec son caractère et ses habitudes.

Faciliter l’embarquement

Si c’est un apprentissage ou une désensibilisation, pensez à être patient, à répéter souvent des exercices simples et surtout, à récompenser. Dans un premier temps, il peut être suffisant de présenter le moyen de transport au cheval. Petit à petit, vous pouvez lui proposer de s’y intéresser de plus près. Si votre cheval vous donne une réponse positive, stoppez toute pression et donnez-lui du confort.

Il est fortement conseillé de maîtriser quelques éléments de communication à pied avant de vous lancer dans l’embarquement de votre cheval. Apprenez-lui à céder à la pression du licol, reculer droit, mobilier ses hanches et ses épaules. Pensez aussi à lui montrer des passages étroits et à l’habituer à des changements de sol… Retrouvez des conseils et exercices dans le livre « Le cheval en mouvement » par La Cense.

Si vous êtes vous-même étranger à l’exercice de l’embarquement, demandez à quelqu’un d’expérimenté de vous montrer comment faire ! Puis, essayez avec un cheval ayant l’habitude et étant à l’aise pour embarquer.

Avant de transporter votre cheval, pensez aussi à vous familiariser à la conduite de votre voiture attelée, plus lourde, moins réactive, etc. Cela vous permettra aussi de prendre de l’assurance et de l’expérience pour l’attelage et les manœuvres. Votre loulou vous remerciera !

Bon voyage !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Daphné

Vous aimerez aussi ...

Hiver à cheval

L’hiver à cheval

L’hiver apporte son lot de défis pour les cavaliers et pour les chevaux. Avec une préparation appropriée, des couvertures adaptées

Lire plus »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ABONNEZ-VOUS !

cheval-abonnez-vous

Le guide complet des distances à l'obstacle